Utilité et identification du balisage

A quoi sert le balisage ?

Le balisage des côtes est destiné à donner des informations aux navigateurs. Les balises utilisées sont fixes (tourelle, espar…), ou bien flottantes (bouée).

Elles indiquent le positionnement d’un danger (roches, épaves, bancs de sable…) ou la délimitation d’une zone de navigation (chenal d’accès au port, zone de baignade…). Appelées également  » marques « , il en existe de différents types :

  • les balises latérales
  • les balises cardinales
  • les balises de danger isolé
  • les balises d’eaux saines
  • les marques spéciales

Reconnaître les balises le jour

Les balises sont identifiables grâce à un code qui leur est propre.
Ainsi, chaque balise se caractérise par :

  • la couleur du corps
  • une forme de voyant (partie supérieure de la balise)
  • une couleur et un rythme du feu si elles sont lumineuses

Dans certains cas, elles peuvent être numérotées et porter un nom.

Reconnaître les balises la nuit

Quand une balise est lumineuse, celle-ci est identifiable par la couleur et le rythme de son feu. Ainsi le feu d’une balise peut être matérialisé par l’un des rythmes suivants :

  • feu scintillant : alternance rapide de lumière et d’obscurité
  • feu à éclat : période de lumière plus courte que la période d’obscurité
  • feu isophase : période de lumière égale à la période d’obscurité
  • feu à occultation : période de lumière plus longue que la période d’obscurité

Deux systèmes de balisage : la région A et B

La terre se divise en deux zones ( la région A et la région B ) dans lesquelles cohabitent deux systèmes de balisage. L’examen du permis mer côtier porte sur le balisage de la région A (France métropolitaine, Europe occidentale, Méditerranée, Angleterre, Afrique, Australie…).

La région B couvre le continent Américain (dont les Antilles françaises et la Guyane), le Japon, la Corée…  Seul le balisage de la région A sera abordé dans ce cours.

Le matériel de sécurité et le calcul de l’autonomie
Les catégories de navigation